Nos sociétés occidentales sont confrontées à un nombre croissant de maladies. Diabètes, maladies cardio-vasculaires, cancers sont devenues les causes principales de mortalité. D’autres pathologies telles que les maladies auto-immunes, les maladies inflammatoires ou les allergies sont en augmentation exponentielle. Sans compter les troubles du bien-être mental qui concernent une partie importante de la population. Le surpoids a explosé. Il en va de même d’Alzheimer et autres maladies dégénératives.

Ce qui frappe également, c’est l’âge toujours plus précoce auquel ces maladies se déclarent. L'espérance de vie n'a jamais été aussi longue et cela est dû au progrès de la médecine. Néanmoins, lorsqu'on y regarde de plus près, on se rend compte que malgré les progrès de la médecine, l'espérance de vie en bonne santé plutôt régresse.

De telles pathologies trouvent leur cause principale dans nos modes de vie (alimentation, sédentarité, stress, exposition aux toxiques). Cette situation a pour corollaire l’abus de médicaments tels que antibiotiques, anti-inflammatoires, antalgiques, fébrifuges, anti-histaminiques, hypolipémiants, anti-hypertenseurs et anti-dépresseurs. En moyenne un senior se retrouve sous 6 médicaments/jour, alors que les interactions entre ses médicaments sont ingérables.

Les médicaments proposés par les firmes pharmaceutiques sont le plus souvent à visée symptomatique et non curative. Ils ne s'attaquent pas aux véritables causes de ces pathologies. En outre, le traitement est administré lorsque la pathologie s'est déjà déclarée alors que le terrain permettant à la maladie de s'installer s'est mis en place parfois plusieurs années auparavant.

Pour traiter le fond du problème, il n'y a pas d'autre choix que de revenir à des modes de vie plus adaptés à l'espèce humaine et plus respectueux de notre organisme. C'est dans notre alimentation, l'exercice physique, la gestion du stress qu'on peut trouver la solution. Dans une société où règne l’abondance alimentaire, il est devient de plus en plus difficile de s’alimenter correctement. La nutrithérapie et la phytothérapie contribuent grandement à rétablir les équilibres nécessaires à un fonctionnement optimum de notre organisme et à la prévention des pathologies dont il est question ci-dessus.

La bonne démarche consiste donc à optimiser les fonctions ainsi qu’à prévenir et traiter les pathologies en modifiant ses habitudes alimentaires, en corrigeant les déficits nutritionnels et en optimisant les apports des différents nutriments. Un effet pharmacologique peut être obtenu par l'optimisation des apports nutritionnels (y compris l’utilisation de compléments alimentaires) ainsi que l’utilisation d’extraits de plantes.

Posted in Article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *